Golfech

Station de Contrôle;

L’ouvrage

L’aménagement hydroélectrique EDF de Golfech est situé sur la Garonne à 270 km de l’Océan Atlantique et se compose d’un barrage mobile, situé à Malause, court-circuitant une quinzaine de kilomètres de la Garonne (débit réservé entre 10 m3/s et 20 m3/s suivant la période de l’année) pour alimenter par un canal d’amenée de 10 Km de longueur l’usine équipée de trois groupes bulbes turbinant un débit maximal de 540 m3/s. Le débit turbiné est restitué en Garonne par un canal de fuite de 2 Km de longueur.

Le système de franchissement

Il est composé d’un ascenseur à poissons permettant le contrôle et le piégeage des espèces migratrices : saumon Atlantique, grande alose, anguille européenne, lamproie marine et truite de mer.

 

Un ascenseur à poissons

Installé en 1987, il permet de capturer les poissons au pied d’un obstacle dans une cuve contenant une quantité d’eau appropriée à leur nombre puis à remonter cette cuve et à la déverser en amont. Il se compose d’une partie basse assurant l’attraction, la capture et la stabulation des poissons, d’une partie intermédiaire (la tour) supportant le dispositif de relevage de la cuve de 3.3 m3 et d’une partie haute (le canal de transfert) assurant le transit des poissons vers le canal d’amenée Ce système est équipé d’une station de comptage vidéo. Les individus de chaque espèce sont ainsi comptabilisés avec précision tout au long de la saison.

 

Une rampe spécifique à anguilles

Elle a été mise en service en rive droite en 2002. au niveau de la partie basse de l’ascenseur à poissons, ce qui lui permet de profiter de son débit d’attrait. Cette rampe expérimentale, inclinée de 35° et mesurant 10 m, a été agrandie en 2008 pour permettre un franchissement total de l’obstacle. Depuis cette date, la passe mesure 40 m de long et permet de franchir le dénivelé total du barrage de Golfech, soit 17 m de haut. A l’amont, un bac vivier de 1 m3 permet de réceptionner les anguillettes empruntant la passe.

La passe est équipée d’une plaque de PVC sur laquelle sont implantés des filaments synthétiques montés en touffes, espacés de 2,5 cm sur les bords et de 1,5 cm au centre pour satisfaire toutes les tailles d’anguilles. Le tout est recouvert d’un grillage métallique empêchant la prédation et le dérangement par les oiseaux lors de l’ascension.

La rampe spécifique est constituée de deux parties : la passe inférieure (ou aval) repose sur le fond de l’enceinte de l’ascenseur, à proximité de l’entrée et attire les anguilles à l’aide d’un débit d’attrait spécifique supplémentaire. Ce débit provient directement par gravité d’une canalisation implantée dans le canal de transfert situé 10 m plus haut. Les anguilles remontant cette passe inférieure tombent dans le bassin tampon de 4 m3 empêchant une éventuelle dévalaison. La passe supérieure (ou amont) est, quant à elle, constituée d’une rampe séparée par trois bacs de repos intermédiaires. Les anguilles, qui ont franchi la totalité de la passe, tombent dans un compteur à résistivité (permettant le comptage des individus) et sont alors déversées directement dans le canal de transfert.

Un système de piégeage

Piège de Golfech

 

Le site possède également un système de piégeage qui permet de prélever des individus de saumon Atlantique (transfert vers le centre de reconditionnement de Bergerac ou vers l’Ariège) ou de grande alose (vers la pisciculture de Bruch).

 

 

 

 

 

Le suivi des migrations

Le suivi des migrations de montaison se fait grâce à un système de vidéo-contrôle installé sur le site et permettant de comptabiliser toutes les espèces en migration de montaison. Les anguilles, qui ont franchi la totalité de la passe, tombent dans un compteur à résistivité (permettant le comptage des individus) et sont alors déversées directement dans le canal de transfert.