Pêches électriques ammocètes

Après avoir suivi pendant le printemps et le début d’été, la migration et la reproduction de la lamproie marine sur le bassin de la Garonne et de la Dordogne, les équipes de MIGADO s’attachent cet automne à prospecter les habitats spécifiques des stades larvaires (ammocètes) par pêches électriques afin d’évaluer la réussite de la reproduction […]

Après avoir suivi pendant le printemps et le début d’été, la migration et la reproduction de la lamproie marine sur le bassin de la Garonne et de la Dordogne, les équipes de MIGADO s’attachent cet automne à prospecter les habitats spécifiques des stades larvaires (ammocètes) par pêches électriques afin d’évaluer la réussite de la reproduction de l’année mais également des années précédentes, ces larves séjournant dans les cours d’eau entre 3 et 4 ans.

 

Larve de lamproie fluviatile métamorphosée

Sur le bassin de la Dordogne, les pêches ont été réalisées du 6 au 13 septembre sur l’axe principal (Dordogne) et ses affluents principaux (Isle, Dronne). Sur les 39 stations échantillonnées, 162 individus ont été capturés, mesurés, pesés et, le cas échéant, déterminés (lamproie fluviatile ou lamproie marine). Sur la Garonne, les pêches ont commencé le 2 octobre sur le Gat Mort et se dérouleront jusqu’au 11 octobre (Garonne, aval du Lot et Ciron).